• Un(e) AVS dans la classe...

     

    L'arrivée d'un(e) AVS dans la classe est un moment particulier: me voici soulagée que le petit "Jean-Pierre" ait enfin quelqu'un pour l'aider et en même temps, je me demande toujours avec un peu d'inquiétude qui sera cette personne qui va vivre les journées de classe avec moi, dans ma classe. 

    En 10 ans d'enseignement, j'ai vécu 9 années avec un ou des AVS dans la classe.

    C'est drôle, je dis souvent "mon" AVS alors que ce n'est pas moi qu'elle vient aider mais un élève...C'est dire à quel point cette personne compte dans une classe.

    L'expérience a parfois été formidable mais le plus souvent assez difficile.

    Voici quelques réflexions (qui n'engagent que moi) et quelques idées pour que tout se passe au mieux. 

    L'expérience est vraiment agréable quand la personne qui arrive en classe est pleine de respect, de tact, de discrétion . Une personne qui fait son travail avec intelligence et avec laquelle il fait bon travailler.  Non, vous ne rêvez pas, cela existe, je l'ai vécu l'an dernier avec un AVS exceptionnel. Merci à lui.

    Souvent hélas,  tout est bien plus complexe. Il faut dire que (presque) sans formation, l'AVS est souvent  en difficulté dans son travail : méconnaissance du handicap, pas de rencontre préalable avec l'enseignant, peu ou pas d'informations sur l'élève qu'elle va suivre, le tout pour un salaire de misère, ce n'est pas facile ! Pour peu que le recrutement favorise des personnes en difficultés dans leur vie personnelle , ça peu virer au cauchemar pour tout le monde !!!

    Quelques idées simples pour que tout se passe au mieux, l'objectif étant de créer un climat de confiance réciproque.

    • En premier lieu, il faut faire une place à "votre" AVS. Pas question qu'elle reste debout derrière "son" élève !  (ça existe !) Hop hop hop, on bouge les tables et on lui installe une table, une chaise à sa taille, même si on a une petite classe. Et si c'est un grand gaillard d'1m80 qui débarque, on place l'élève au fond ou sur un côté.
    • Préparez-lui un petit topo sur le handicap de l'élève. On trouve pour ça plein de ressources sur le net sur l'autisme, la dyspraxie et tout le reste. Faites lui part de vos observations (il bouge beaucoup, il ne sait pas se repérer sur une feuille, il bégaie quand il est fatigué....)
    • Si votre élève bénéficie d'un AVS, il y a des raisons. Vous savez ce que vous attendez de cette personne. N'hésitez pas à l'écrire.Cela peut permettre de discuter, de lever des incompréhensions. Vous pourrez aussi vous servir de ce document pour faire un petit bilan avec l'AVS.
    • Présentez l'AVS à la classe, elle est là pour aider "Jean-Pierre" à bien travailler 12h par semaine. Quand les autres accueillent cette annonce par un "Oh ! La chance!" Je leur propose de prendre l'AVS mais en prenant aussi les difficultés de "Jean-Pierre". Je réponds aux questions des élèves sur le handicap, si l'élève concerné m'y a autorisé.
    • Dès la récréation, prenez le temps de faire connaissance autour d'un thé ou d'un café.
    • Si, comme cela m'est très souvent arrivé, vous sentez que les interventions de l'AVS ne correspondent pas à ce qui est attendupréparez-lui un planning de vos activités, avec, en face de chaque moment, ce que vous attendez d'elle.

    Par exemple si vous prévoyez de faire des manipulations en mathématiques et vous souhaitez qu'à ce moment là l'élève se débrouille seul avec ses pairs, écrivez-le. Ecrivez aussi que  lorsque vous passerez aux exercices individuels, vous voulez qu'elle recopie un énoncé puis qu'elle laisse faire l'élève.

    • Indiquez bien, et soyez ferme sur ce point, qu'en aucun cas elle n'est là pour corriger le travail de "son" protégé. Vous ne souhaitez pas un travail impeccable parce qu'il y a une AVS. Ce n'est pas son travail à elle que vous souhaitez voir
    • Laissez un peu de temps pour que le binôme élève/AVS fonctionne bien. Au delà de l'aide apportée, c'est la rencontre de deux personnes qui ne se connaissent pas du tout. Il faut que chacun prenne ses marques. Ce n'est pas toujours évident tant pour l'AVS que pour l'élève. Patience !
    • Enfin, n'attendez pas l'impossible. Ce n'est pas parce qu'un élève bénéficie d'une AVS que toutes ses difficultés seront résolues, même si tout le monde fait de son mieux !
    • Si malgré tout rien ne tourne rond au bout de 2/3 semaines (ou même avant), une petite discussion en présence du directeur (ou de la directrice) s'impose.

    Pour aller plus loin, voici un document très complet, grâce à un lien proposé par Dirlolo.

    Si vous avez des expériences, des idées, des remarques à partager, en tant qu'enseignant(e) ou en tant qu'AVS, laissez un commentaire !

      http://enclassepascale.eklablog.com/gestion-de-la-classe-c25582054

     

     

    « méprises ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Mai 2015 à 06:46

    C'est un article très intéressant! Effectivement, l'arrivée d'une/un AVS dans la classe est vraiment déstabilisant!

    J'ajouterai qu'il ne faut pas hésiter à expliquer les choses, même celles qui nous paraissent aller de soi car ce sont des personnes qui ne connaissent pas le milieu scolaire, ou plutôt qui en ont la vision déformée de la représentation qu'ils s'en sont fait en tant qu'élève, et parfois ça peut remonter!

    En tout cas bravo pour ton article et pour ton blog que je découvre par l'intermédiaire d'une amie commune: Mme Gueularde!

    2
    Lundi 11 Mai 2015 à 20:35

    Merci pour ton commentaire Rigolett ! Quant à madame Gueularde, c'est simple, je l'adOOOOre...

    3
    Myriam
    Lundi 17 Août 2015 à 19:12

    Je vais travailler cette année pour la première fois avec une AVS, donc merci pour cet articlehappy : il m'éclaircit les idées et me donne des pistes concrètes même si après coup, cela paraît du bon sens (la chaise, le planning...) 

    4
    Lundi 17 Août 2015 à 20:09

    Bonne route avec "ton" AVS Myriam !

    5
    Myriam
    Mardi 18 Août 2015 à 11:13

    Merci, Bonne fin de vacances ...et bonne rentrée à toi !smile

    6
    Mercredi 6 Avril 2016 à 13:15

    Le  souci cette année était d'expliquer ma pédagogie à l'AVS ,présente seulement 2 jours dans la semaine et désarçonnée par une pédagogie de projet. Finalement j'ai mis en place un journal des apprentissages(pour les élèves, les parents, et les AVS) permettant d'y faire les liens nécessaires entre les projets et les apprentissages.

      • Mercredi 6 Avril 2016 à 21:01

        C'est compliqué quand on ne travaille pas de façon traditionnelle ! C'est une vraiment bonne idée ce cahier d'apprentissages.

    7
    Floralys
    Lundi 20 Juin 2016 à 21:38

    Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant :) Je suis AVS depuis 6 ans déjà. J'ai eu la possibilité de travailler avec 4 garçons (dont 1 que j'ai suivi 4 ans) aussi bien en maternelle qu'en primaire.

    J'ai donc pu aussi travailler en collaboration avec plusieurs enseignants et ça n'a pas toujours été évident, pas tellement pour moi, mais pour les enseignants. Il n'est pas facile pour les enseignants d'avoir un regard "adulte" dans leur classe. Certains m'ont dit qu'ils se sentaient jugés sur leur travail, alors que je ne suis qu'une simple AVS et donc pas du tout les bagages pour me permettre de juger leurs enseignements. J'ai pu les rassurer en leur disant que je n'étais pas là pour ça et que je me ferais tellement toute petite qu'ils en oublieraient ma présence. :)

    Ce n'est jamais trop facile au début que chacun trouve sa place, mais avec de la discrétion, de la patience et du respect, ça ne dure jamais bien longtemps. Bien qu'il y ait eu un enseignant en 6 ans, qui ne m'aidait pas du tout dans les "directives" que je devais avoir avec l'enfant dont je m'occupais ( j'avais un peu l'impression de faire partie des meubles ), je vous rassure la plupart du temps, tout se passe bien.

    J'adore mon métier et j'ai eu de la chance de rencontrer des équipes formidables et des enseignants supers. J'ai beaucoup apprécié travailler avec eux (ou elles ) et j'ai un petit pincement au coeur de me dire que cette année sera probablement la dernière.

    J'arrête là mon roman et je vous remercie d'avoir créer ce petit article afin que les enseignants et les AVS puissent travailler ensemble main dans la main. :)

      • Lundi 20 Juin 2016 à 23:10

        Merci beaucoup pour ce témoignage. Je suis bien contente qu'une AVS soit passée par ici !

    8
    Lila
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 22:50

    Bonjour,

    Tout d'abord j'aime beaucoup votre site, ensuite, merci pour cet article.smile

    Je suis AVS  depuis 6 ans, j'ai travaillé en maternelle et primaire, c'est extrêmement enrichissant de rencontrer de nouvelles personnes, différentes façons de travailler . On apprend tellement de choses que ce job m'a conforté dans l'idée de devenir professeure des écoles! Je pense que mon expérience en tant qu'AVS m'aidera énormément notamment si j'ai un jour la chance d'avoir une classe. Je vois les choses différemment et je me suis rendu compte que cela peut être difficile pour un(e) instit' d'avoir un adulte dans la classe. Il faut savoir se faire petit, s'adapter rapidement et surtout surtout communiquer je pense qu'il n'y a pas de secret...dès le début de l'année, je prends le temps de discuter avec mon/ma collègue pour que l'on parle de mon rôle dans la classe...j'ai toujours eu plus ou moins de la chance....même si il y a quelques fois un petit manque de considération dû je pense à notre statut incertain!!!

    arf

      • Vendredi 30 Septembre 2016 à 23:09

        Merci beaucoup pour ce commentaire. Une expérience de 6 ans en tant qu'AVS permet aussi d'observer les enseignants... Nul doute que cela sera bien utile !

        Quant au statut, au manque de formation et au salaire de cette profession, c'est un des scandales de notre institution !

        Bonne continuation...

    9
    dirlolo
    Samedi 15 Octobre 2016 à 10:56

    Merci pour cet article.

    Si on ne dit pas "mon" AVS, il y a des collègues qui eux utilisent bien le "ton" AVS en sous-entendant que l'AVS a le même rôle que l'ATSEM en maternelle ... et qui se battraient pour le/la récupérer, en oubliant les petits élèves qui en bénéficient. Et que dire des "Toi tu en a 2, moi j'en ai aucune" arf

    J'ai une AVS dans la classe pour la 2ème année ; et j'ai vraiment marché sur des œufs depuis son arrivée : que lui demander ou conseiller, comment l'intégrer, quelles aides, quels outils, à quel moment ... .  J'ai trouvé la semaine dernière un doc qui m'a ouvert les yeux et auquel cet article fait écho

     http://alecole.ac-poitiers.fr/sites/avs-evs/IMG/pdf/formation_AVS_2013_2014.pdf

    J'ai aussi réalisé que je n'avais pas eu de formation à "accueillir un/une AVS dans sa classe" et que tout ne s'invente pas. J'y vois maintenant plus clair et je vais donc pouvoir mieux intégrer l'AVS à la vie de la classe en l'intégrant au déroulement de la journée.

    L'article vaut ce qu'il vaut, mais je trouve que c'est déjà un bon départ pour les collègues qui doivent accueillir un/une AVS sans aucune formation ou pris dans le tumulte de la classe.

    Bonne continuation !

     

      • Samedi 15 Octobre 2016 à 13:00

        Merci pour ce commentaire. Il est vrai que cet article n'est que le fruit de mon vécu mais comme tu le dis, ça peut aider. 

        Je ne connaissais pas le document dont tu laisse le lien. Il est très bien fait, je le rajoute à mon article, merci.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


/*curseur*/ Sparkly Smiley Star /*flèches haut bas droite*/