• Parler de Charlie Hebdo et de la violence des derniers jours avec les élèves.

    Aujourd'hui je découvre un numéro spécial et gratuit du journal "mon quotidien" qui pourra vous aider à animer ces discussions, je trouve qu'il est bien fait, il aborde la liberté de la presse, explique ce qu'est un journal satirique, explique qu'on ne peut pas satisfaire tous les lecteurs (dessin ci dessous) . Ce numéro est téléchargeable (ici)

    (Dessin de

    Ma collègue de CP a trouvé cet article du magasine psychologie, écrit par Claude Halmos qui explique comment parler de cette violence aux enfants.

    Dès le premier jour, mes élèves ont manifesté le besoin de parler de l'attentat de Charlie Hebdo.

    Durant une heure, nous avons abordé tous les sujets : la liberté, la liberté d'opinion, la liberté de la presse en France et dans le monde, la presse satirique, la religion et les intégrismes religieux,  la loi française, la religion et la nationalité...La discussion a été animée autour de ces thèmes sensibles.

    Pas facile d'entendre deux ou trois "mais maîtresse ils l'ont bien cherché" ou encore "oui ont peut rire des choses mais personne n'a le droit de représenter le prophète" "ils ont tué un policier arabe, ils avaient pas vu qu'il était arabe?"

    Il a fallu guider les échanges pour que chacun puisse s'exprimer, réfléchir et faire réfléchir, expliquer pourquoi les caricatures en question  n'avaient rien d'insultant, rappeler fermement la loi : on a le droit de ne pas être d'accord, le droit d'être en colère mais pas le droit de tuer,  faire un détour par la révolution française et la censure de la presse par Napoléon (cela avait beaucoup choqué mes élèves),  Les élèves musulmans étaient inquiets des conséquences que ces événements pourraient avoir sur leurs relations avec leurs camarades. Ils ont très vite été rassurés par les copains

    J'appréhendais cette discussion que je savais inévitable. Finalement, cette heure m'a épuisée car il m'a fallu faire très attention aux mots que j'employais et veiller à laisser circuler la parole sans censure mais je suis contente de l'avoir fait. Les élèves m'ont étonné par la maturité de leurs propos, et la clarté de leurs opinions, de leurs réflexions. Ils ont été émouvants avec leurs mots d'enfants, ils se sont exprimés avec gravité et aussi avec passion. Certains ont été de vrais défenseurs des libertés, (merci à leurs parents !)

    Ils se sont demandé comment faire pour que ça n'arrive plus. A cette question, ils ont répondu qu'il faudrait que les adultes puissent discuter comme eux, comme des enfants parce que les enfants, ne se tuent pas quand ils ne sont pas d'accord, même s'ils s'énervent ou se bagarrent parfois. Mignon !

    « Napoléon :Le Consulat et l'EmpireLa France de 1815 à 1875 »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Mars 2015 à 10:40

    Bonjour,

    Je suis trés interréssé par ce sujet , comment avez-vous procédez?

    L'avez-vous integré dans une séance sur la libérté d'expression?

    Merci pour votre réponse.

    Cordilalement,

    Sabrina M

    2
    Lundi 16 Mars 2015 à 23:24

    Sabrina, je suis désolée mais je n'ai pas à proposer de séance bien préparée car j'ai du mener cette discussion à chaud ! Par contre, voici ce qui a été fait dans ma classe avant, pendant et après les événements:

    - Oui, nous avons parlé de la liberté d'expression, mais bien avant ces événements tragiques car nous écrivons  un journal  et la question s'est naturellement posée !!! Nous avons étudié attentivement la charte du jeune journaliste puis j'ai laissé les élèves débattre en régulant la parole.

    - Dès le lendemain des attentats, j'ai été interpelée par les enfants mais je n'avais rien préparé (à part une réflexion intense dans la nuit car je savais bien que je devrais mener une discussion à chaud), c'est ce que j'explique dans l'article.

    - Par la suite, nous sommes revenus sur ce sujet en abordant la censure sous Napoléon.

    "Pourquoi cela vous choque-t-il sous Napoléon alors que certains d'entre vous pensaient que les dessinateurs de Charlie Hebdo avaient dépassé les limites et qu'on aurait du interdire des dessins?"

    - J'ai également préparé un diaporama dans lequel il y a des caricatures de Louis Philippe (la France de 1815 à 1875), cela les a fait rire bien sur...et là, j'ai posé des questions :A l'époque de Louis Philippe, que pensaient les gens qui aimaient bien Louis Philippe? Je leur ai expliqué que les dessinateurs de l'époque avaient été inquiétés par le pouvoir en place (procès). Puis ils ont évidement reparlé de Charlie Hebdo, de certaines de leurs réactions face aux caricatures du journal ou du moins de ce qu'ils en avaient entendu par leurs parents. Je leur ai montré d'autres caricatures, qui les concernaient moins que celles de Mahomet (beaucoup d'enfants musulmans dans la classe) et chacun a dit ce qu'il comprenait. Finalement, éduquer à la lecture d'image, ce n'est pas du luxe!

    Nous avons abordé ces thèmes :  que peut bien être un journal satirique? A quoi cela sert-il? Pourquoi cela fait-il autant réagir?

    - Enfin, il y a une courte vidéo à destination des enfants qui présente très bien le concept de la liberté d'expression ici.

    Pour l'anecdote, il y a eu cette semaine une "belle" bagarre entre élèves à propos d'un enfant qui aurait "mal parlé" de Mahomet. Un de mes élèves s'est retiré de la dispute en disant : "Attention, on va faire comme pour Charlie Hebdo !" Je me dis que ces discussions n'ont pas été vaines...mais il y a encore du boulot!!!

    Voilà, j'espère ne pas avoir été trop longue et avoir un peu contribué à répondre à vos interrogations. Si vous voulez construire une séance sur la liberté d'expression, nous pourrions peut-être collaborer...

    Bonne semaine!!!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


/*curseur*/ Sparkly Smiley Star /*flèches haut bas droite*/