• T'es pas Montessori?!

    Petites phrases (sorties de leur contexte) entendues lors de conversations entre collègues ou bien phrases entendues en concertation pédagogique ou lors de la visite d'un inspecteur :

    Et toi, t'es Montessori?

    On parle des pédagogies comme on parle des médicaments. Et comme le médicament allopathique n'a pas bonne presse en ce moment, on se tourne vers les médecines alternatives et les prescriptions ne manquent pas :

    • Tu as des élèves présentant des troubles du comportement, installe une classe flexible !
    • Tes élèves ne sont pas assez concentrés, ils apprennent lentement ; ils en manipulent pas assez, Montessori à la rescousse !
    • Ils n'entrent pas dans la lecture, tu n'as qu'à prendre les Alphas.
    • Ta classe est trop bruyante, tu dois pratiquer la méditation ou le yoga.
    • Tu souhaites développer l'éducation à la vie démocratique,  c'est la pédagogie Freinet qu'il te faut !

    Et, en grande partie grâce aux réseaux sociaux, tout le monde connait LA meilleure pédagogie du moment, celle dont il faut absolument se réclamer, qu'il faut mettre en œuvre.

    Il y a parfois un beau filon commercial qui est exploité en périphérie :  Matériel hors de prix vendu comme indispensable pour bien pratiquer la méthode mais que des petits malins vont nous apprendre à fabriquer nous-même dans des stages fort couteux. (remarquons au passage qu'on passe du mot pédagogie au mot méthode sans que cela ne gêne personne)

    Et sur certains forums, on lit des enseignantes un peu désemparées (peu d'hommes sur les forums enseignants, du coup, le féminin l'emporte !), souvent en début de carrière,  qui ne savent plus à quel pédagogue se vouer et qui demandent des conseils pratiques : "Combien de tabourets pour ma classe flexible? Quelle taille les lettres mobiles? Quel cahier pour les transpositions? Combien de jours pour un plan de travail?" Mais rarement "en quoi ce changement va-t-il influencer, modifier, mon enseignement?" Grrrr !

    Enseigner ne se résume pas à mettre en place des dispositifs. Enseigner, c’est d'abord faire la classe et faire la classe ce n'est pas seulement enseigner les maths, le français et tout le reste, c'est aussi savoir "sentir" sa classe, écouter chacun et faire vivre l'ensemble, c'est apprendre à essayer de lâcher prise, à ne pas trop culpabiliser, à s'autoriser un petit brin de folie en classe (ou pas, selon notre personnalité), c'est tenter de nouvelles choses, suivre les propositions des élèves ou simplement son intuition, c'est avoir super bien préparé une séance et faire totalement autre chose et que ça marche formidablement (ou pas), c'est être parfois autoritaire et parfois non, c'est être fatigué(e) et rater totalement sa journée (ou pas)...

    Une classe est comme un être vivant, ça évolue, ça grandit, c'est agréable aujourd'hui et pénible le lendemain, ça régresse puis ça redémarre. Une classe, une école,  c'est aussi de la vie, de l'émotion,  et c'est cela aussi que nous avons à gérer, digérer, impulser. La classe de madame Machin ce n'est pas la classe de madame Bidule, même si les deux "sont" Montessori ou "font" Picot...

    Ce dont je suis convaincue  c'est que la réussite de toute  pédagogie dépend en grande partie de la façon dont l'enseignant la met en œuvre. Qu'il est nécessaire de bien savoir quelles sont nos valeurs, notre philosophie, de savoir, au moins un peu, quel genre d'enseignant nous sommes avant de chercher les pratiques qui s'accordent le mieux avec nous et avec nos élèves.

    Il y a des collègues très "classiques" chez lesquelles les élèves se sentent bien, en sécurité et apprennent sans stress et d'autres qui se réclament de pédagogies plus "modernes" et qui n'engendrent pas la joie de vivre !!!

    Vous qui n'avez pas de lettres rugueuses, de tabouret oscillant, qui ne préparez pas de plans de travail, ne connaissez pas le Gulu, ne transposez pas de textes, ne pratiquez pas le texte libre, vous le savez, une pédagogie ne se résume pas à son matériel, et vous le savez aussi, si vous observez vos élèves vous savez vous adapter et vous leur proposez ce qui leur correspond avec les moyens dont vous disposez et ceux que vous créez. N'est-ce pas le plus important?

    Que cela ne vous empêche pas de vous documenter, de vous remettre en question, d'avoir envie de..., de tendre vers..., de chercher des pistes pour... de tenter de...

    Et si vous "n'êtes pas Montessori" et que votre classe n'est pas "flexible seating", c'est pô grave !!!

    « Des clés USB originales !Les sons complexes : jeu des 7 familles »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Aurel
    Lundi 2 Avril à 07:28
    Merci ...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 2 Avril à 08:03

    Bravo Pascale... C'est vraiment bien parlé.

    Tu as vraiment bien mis des mots sur le fond de ma pensée...

     

    3
    Lundi 2 Avril à 08:53

    Ahhh oui !!! Merci !!

    4
    Lundi 2 Avril à 10:03

    Tout est dit, rien à ajouter!

    5
    Lundi 2 Avril à 10:24

    cool

    Bravo pour cet article !

    6
    PEtite marmotte
    Lundi 2 Avril à 10:31

    Merci !!!

    Mon fils est cette année dans une classe M.. et n'a jamais été aussi triste d'aller à l'école. Sa classe ressemble à un laboratoire. Certes, il sait compter loin, sait faire plein de d'additions... mais ne fait jamais de peinture, n'a pas de coins jeux et regrette de ne pas pouvoir travailler avec d'autres enfants.

    En rendez-vous, sa maîtresse nous a dit qu'il"erre" dans la classe ???

     

     

      • Mardi 3 Avril à 20:45

        Quel dommage pour ton fils, il est en quelle classe?

      • PEtite marmotte
        Mardi 3 Avril à 22:28

        Il est en moyenne section. Et le "projet" initial est de garder les élèves sur plusieurs années.

         

      • Mercredi 4 Avril à 19:47

        Oup's, c'est désolant, vraiment...

    7
    Lundi 2 Avril à 13:14
    Tout à fait d'accord ! Impossible de se glisser dans les chaussures de quelqu'un d'autre, c'est expérience capotée d'avance !
    Et puis si une pédagogie était meilleure qu'une autre, cela ferait longtemps que cela se saurait !
    8
    Lundi 2 Avril à 13:48

    Oh ben ça alors, qu'est ce que ça fait du bien de lire ça! Oh que oui c'est un ensemble vivant une classe et rien ne marche jamais deux fois de la même façon. A chaque fois ce sont de nouvelles relations à établir avec chacun, à chaque fois c'est apprendre où on doit appuyer pour faire sortir le meilleur ou pas. Chaque année c'est une nouvelle mayonnaise! On peut la parfumer, l'épicer, l'assaisonner façon Montessori et Cie mais c'est toujours une rencontre entre un enseignant, des élèves et des savoirs (faire ou être).

    9
    Marie
    Lundi 2 Avril à 15:40

    Bonjour, quelle joie de lire ces lignes et quelle façon de déculpabiliser! Je suis entièrement d'accord avec vous sur le fait que chaque enseignant doit savoir s'adapter à sa classe et faire au mieux avec sa façon d'être. Certaines pédagogies seront pour certains, d'autres seront plus à l'aise avec une autre! Bref, merci dans cette société si normalisée de mettre par écrit "l'autorisation" de nous accorder un espace de liberté et de nous laisser nous faire confiance!

    10
    Flooog
    Lundi 2 Avril à 16:47

    Bravo, bravo !!! 

    Voilà un discours qui fait du bien à mes petites oreilles et qui met un peu de douceur dans le coeur ! (et qu'il serait bon d'afficher à l'entrée des ESPE !)

    Moi aussi je suis lassée d'entendre ce métier, basé sur des relations humaines, se résumer à quelques méthodes à la mode !!!

    cool

    11
    Lundi 2 Avril à 17:24
    Loustics
    Je suis bieeennnn d'accord. Je pratique la pédagogie Montessori mais reste ouverte à tout autre chose qui peut apporter aux élèves....il t a des tas.de.supers trucs qui peuvent cohabiter, alors pourquoi s'en priver !
      • Mardi 3 Avril à 20:44

        Ça me fait plaisir de te voir ici  ! J'en profite pour te dire que j'adore ce que tu fabriques pour ta classe.

    12
    Lundi 2 Avril à 18:53
    Ayleen & Kyban

    Un message tellement vrai et qui fait du bien à lire. On a vite fait de se perdre dans les effets de mode ou dans des dispositifs appliqués de manière systématique.

    On inverse souvent le problème : "Comment est-ce que je peux mettre la pédagogie X en place dans ma classe ?" plutôt que de se dire "Comment je peux régler tel problème que je rencontre ?". Et quand on réfléchit en terme de "problématiques" et de "solutions à trouver", on réalise vite qu'il n'y a pas de voie unique et universelle. Ce qu'on met en place en classe une année, on peut très bien ne pas du tout l'exploiter l'année suivante si ça ne semble pas adapté.

      • Mardi 3 Avril à 20:37

        C'est tout à fait ça !

    13
    Lundi 2 Avril à 19:38
    Merciiiiiiiiii!
    14
    Fastochelapoloche
    Lundi 2 Avril à 20:53
    C'est exactement ça ! Bravo et merci pour ton article qui résume très bien la situation... Les mots clés qui nous avaient été dits en formation c'est que notre métier c'est de l'adaptation et du bon sens. Comme nos élèves, nous sommes tous différents et nos classes, nos moyens sont tous différents. Vive la diversité et vive nos différences !
    15
    Lundi 2 Avril à 21:14

    Chouette article ! Merci de rappeler l'essentiel.yes

    16
    Lundi 2 Avril à 22:13
    jeuxdecole

    Bravo pour ce bel article plein de bon sens ! Et merci de (re)mettre la relation au coeur de notre métier et de nos classes ^^

    17
    Cecilez
    Mardi 3 Avril à 10:25
    Hihi, je cherche ce que c'est que le gulu (je ne suis pas en CP et les alphas me donnent des boutons pour les quelques raisons que tu donnes, notamment les méthodes pas miracles). Et je tombe sur le nom de la deuxième ville de l'Ouganda... J'aurai voyagé au moins ! Pas ueumps de lire les commentaires mais je suis tout à fait d'accord avec toi. J'ajouterai (et tu le sais bien !) qu'il y a aussi des années où on a beau faire et où on ne" sent" pas sa classe et que quoi qu'on fasse, on s'épuise et on a l'impression d'aller dans le mur. A bientôt.
      • Cecilez
        Mardi 3 Avril à 12:49
        "Pas eu le temps de lire les commentaires"
      • Mardi 3 Avril à 20:33

        Désolée si le Gulu te donne des boutons...Pour le reste on est sur la même longueur d'onde !

    18
    Mardi 3 Avril à 13:31

    Ahh ????, ben moi qui croyais..., on m'avait pô dit...

    Résultat de recherche d'images pour "bisou"

    19
    Mercredi 4 Avril à 11:48

    Merci pour cet article, Pascale... J'aime beaucoup ta comparaison avec les médicaments. Elle m'aide à me remettre en question, car il est vrai que les jeunes enseignants ont souvent cette demande d'une méthode ou d'un truc qui marche, et qu'ils sont souvent frustrés de ne pas avoir une réponse immédiate... Et en ce qui concerne les pédagogies ou les méthodes, le discours institutionnel est également de plus en plus injonctif ! 

    Je trouve ta réflexion vraiment intéressante, qui rend du coup le rôle de formateur aussi complexe que celui de l'enseignant. Et dans tous les cas, une bonne dose d'humilité s'impose !!

      • Vendredi 6 Avril à 19:49

        Merci beaucoup Grainesdelivres ! Guider les jeunes enseignants, c'est tout sauf simple, surtout que le contexte de nos classe ne se simplifie pas !!!

        Si ma comparaison t'a plu, regarde un peu celle du commentaire suivant...

    20
    Christine22
    Mercredi 4 Avril à 18:08

    Ça  fait du bien de lire ça. C'est bien dommage de lier sa pratique de classe à la mode pédagogique du moment. La bonne méthode c'est celle dans laquelle on se sent bien et qui apporte quelque chose à nos petits élèves. C'est comme pour la blanquette de veau... il y a des tas de recettes, mais la meilleure c'est celle qu'on réussit et qui régale nos convives.

      • Mercredi 4 Avril à 19:48

        J'adOOOre ta comparaison !!!

    21
    Jeudi 5 Avril à 21:56

    J'ai beaucoup aimé ! Tu as raison, ce qui compte, c'est qu'on se sente bien pour que les élèves se sentent bien et qu'on leur communique l'envie et le plaisir d'apprendre (la motivation faisant tellement !). Et oui, ce qui compte ce n'est pas de mettre en place une méthode parce qu'elle est à la mode mais plutôt de voir si ça nous aide à résoudre un problème ou à améliorer quelque chose en classe. Des bisous avec le retour du soleil chez nous ! 

      • Vendredi 6 Avril à 19:16

        Merci ensoleillé !

    22
    Vendredi 6 Avril à 18:28
    Elaurys
    Suivre sa pente... (Se) questionner... C'est un très bel article qui rappelle l'essentiel à mon sens : s'adapter à son public, ne pas perdre de vue ses élèves, ne pas se perdre soi-même... Merci.
      • Vendredi 6 Avril à 19:16

        Suivre sa pente, quelle jolie expression !

    23
    Samedi 7 Avril à 22:43

    Je suis d'accord avec toi Pascale.  

    C'est chouette de pouvoir piocher dans toutes ces méthodes, démarches et idées.

    Le problème, c'est ceux qui veulent en faire une vérité, une norme.

    Alors soyons rebelles, et traçons notre propre chemin.  

    Faisons une belle tambouille de ce qui marche, de ce qu’on aime, de ce qu’ils aiment. C’est notre liberté, ce sont nos personnalités, leurs envies, leurs besoins... Aucune classe ne devrait ressembler à une autre.

    Et puis il n’y a pas d’enseignement parfait, il n’y a que des enseignants qui font de leur mieux.

    ♥ Merci Pascale pour cet article ! ♥

      • Samedi 7 Avril à 23:03

        Tu lis dans mes pensées, petite Craie!

      • Samedi 7 Avril à 23:06
      • Jeudi 12 Avril à 20:40

        Oui, oui, soyons rebelles !!!

    24
    Christine22
    Dimanche 8 Avril à 14:53

    Le problème c'est quelque fois aussi nos supérieurs qui répondent (ou pas) aux injonctions des leurs et qui voudraient qu'on fasse comme ci ou comme ça. Je suis souvent encore triste de voir l'influence qu'ils peuvent avoir sur nos très jeunes collègues qui appliquent des méthodes dans lesquelles ils ne se reconnaissent pas. Il faut arrêter de prendre nos classes pour des laboratoires. Je pense que nous sommes assez grand(e)s pour construire nos outils en fonction de notre public et de notre aisance à appliquer telle ou telle chose. Ce qui ne nous empêche pas de "piocher" ce qui nous semble bon dans les différentes méthodes. L'important c'est qu'il y ait de la cohérence dans ce qu'on construit.

    25
    Mardi 10 Avril à 08:14

    Une fois je suis tombée sur le blog d'une maman qui disait qu'elle pratiquait la méthode Montessori avec son enfant de 8 mois...ça m'a laissée perplexe...sarcastic

    26
    Misscri Piaget
    Mercredi 11 Avril à 16:45

    Ah ma Pascale!smile

    Que puis-je ajouter à tes paroles de sagesse? Rien, si ce n'est que tu viens de résumer magistralement ce en quoi je crois depuis 40 ans:"Le maître fait la classe."

    Merci, merci et keep up the good work. cool

    Je t'embrasse

      • Jeudi 12 Avril à 20:41

        Ah Misscri, quel plaisir de te lire ici !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


/*curseur*/ Sparkly Smiley Star /*flèches haut bas droite*/